Les travaux de Seaboost ont eu l’honneur d’intégrer l’exposition du MNHN à Paris.

Une exposition qui a offert un voyage tout simplement inédit aux visiteurs dans la prestigieuse Grande Galerie de l’Evolution.

La bioinspiration dans l’ADN de Seaboost

En tant que membre actif du CEEBIOS (Centre d’études et d’expertises en biomimétisme), Seaboost a toujours mis l’étude du vivant au cœur de ses actions de recherche en ingénierie écologique.

Cette mise en lumière au près du grand public récompense plusieurs années de développement autour de la bioinspiration. C’est l’une des solutions historiques de Seaboost, l’Oursin, qui a été retenue par le comité scientifique et mise à l’honneur. Développé en 2014 dans le cadre du projet GIREL, premier projet d’éco-conception portuaire en Europe, l’Oursin a pour objectif d’améliorer le potentiel de nurserie pour les juvéniles de poissons des infrastructures maritimes et portuaires.

L’Oursin, la nurserie à poissons bioinspirée de Seaboost mise à l’honneur à la Grande Galerie de l’Evolution (Crédits : Seaboost)

Son design s’inspire de la relation symbiotique entre les oursins diadème (Diadema sp.) et les juvéniles de petits poissons tropicaux, les poissons cardinaux. Le plus célèbre d’entre eux est le poisson cardinal de Banggai (Pterapogon kauderni). Avec son élégante robe noire et argentée, il ne dépasse pas les 8 cm. Ce poisson de la famille des Apogons est endémique des îles de Banggai de Sulawesi, en Indonésie. Cela signifie que l’on ne le retrouve nulle part ailleurs dans le monde, ce qui le rend particulièrement précieux et vulnérable. Après que le mâle ait incubé dans sa bouche les œufs fécondés, les post-larves de poissons tout juste écloses accourent à l’oursin diadème le plus proche afin de s’abriter des prédateurs entre les longs piquants.

Les juvéniles du poisson –cardinal de Banggai trouvent naturellement un abri entre les piquants des oursins diadème (Crédits : Artur Golbert / Francesco )

 

Pour autant, ce comportement est apparu à plusieurs reprises dans l’évolution et des juvéniles de poissons. Ainsi, de telles symbioses avec les oursins diadème peuvent également être observées depuis les Caraïbes jusqu’aux Philippines.

S’abriter entre les piquants des oursins diadème : un comportement inné chez les juvéniles de poissons de différentes espèces dans le monde (Crédits :  Seaboost, Frank) 

Depuis 2014, plusieurs centaines de modules Oursins ont été installés par Seaboost pour améliorer la survie des juvéniles de poissons dans les zones urbanisées et portuaires où l’habitat est manquant et ce en Méditerranée (Marseille, Agde, Menton, Port-Camargue) mais aussi à Singapour ou encore au Moyen-Orient et plus récemment en eau douce.

Et l’aventure de la bioinspiration ne s’arrête pas la. Seaboost n’a de cesse d’innover pour trouver de nouvelles solutions toujours plus performantes en terme de gain écologique mais aussi économique. Découvrez plus d’illustrations ici !