05/08/2018 | Actualités
Les langoustes adultes (et juvéniles!) récemment observées dans les récifs artificiels de REXCOR ne sont pas les seuls macrocrustacés à avoir choisi d’élire domicile au sein des multiples anfractuosités récemment créées par SEABOOST dans les zones impactées du Parc National des Calanques. En effet, les plongeurs scientifiques d’Andromède Océanologie y ont recensé cet été, un homard européen (Homarus gammarus).
Devenue rare en Méditerranée, cette espèce est généralement observée sur des fonds à partir de 30 m de profondeur. Sciaphile et nocturne, le homard quitte généralement son trou la nuit pour se nourrir. La journée, il affectionne tout particulièrement les ragues étroites lui permettant d’avoir la partie supérieure de sa carapace en contact avec la roche et la partie inférieure avec le substrat meuble qu’il remanie constamment à l’aide de ses deux pinces différenciées. Les cavités qu’il privilégie présentent un échappatoire lui permettant de s’enfuir en cas d’attaque. Ces ragues sont également des lieux privilégiés pour la reproduction et la protection lors des nombreuses phases de mues rythmant le cycle de vie du homard.
De premières observations encourageantes qui seront, nous l’espérons, étayées par les suivis scientifiques au cours des trois prochaines années. A noter qu’il s’agit de la seconde observation de l’installation d’un homard européen au sein de la partie inférieure d’un récif de type Ragues©, la première ayant été réalisée dans l’Aire Marine Protégée du Cap d’Agde en 2009.